ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  Louis Aragon et Elsa Triolet 

 Home  | Album-Photo  | Contact  

 

 

Rubriques

Liens


La muse et le poète

La muse et le poète 
 
Leurs yeux se croisèrent un bref instant. Puis il baissa la tête et continua d’écrire. «Il ne me voit plus», pensa-t-elle. «Il chante son amour pour moi à travers des dizaines de poèmes mais en réalité je suis devenue transparente depuis bien longtemps. Je ne suis plus que le support du bel canto qu’il entonne du lever à la fin du jour. Mon enveloppe charnelle ne lui est pas plus utile qu’une peau de banane sur laquelle il glisserait en traversant la rue. Pourquoi, Louis ? Pourquoi ? Je suis si malheureuse ! 
 
Elsa était triste. Et pourtant, bien des femmes lui envieraient cette place. Tout de même, elle était la muse du poète ! Ils s’étaient rencontrés à la Coupole à Paris et ne s’étaient plus jamais quittés. Elle l’avait tout de suite admiré pour son côté provocateur et passionné. Et lui l’avait aimée pour sa douceur, son charme et ce petit accent russe qui mettait en valeur sa voix et ses origines bolcheviques. Elle aussi écrivait. Elle était moins connue, certes, mais Louis s’arrangeait toujours pour que les gens sachent qu’elle ne vivait pas seulement dans son ombre. Ils formaient une entité, ils combattaient d'un même combat.  
 
À côté de son travail d’écrivain, Louis était très pris par ses activités au sein du parti communiste. Elsa n’était pas en reste, elle non plus. Durant la deuxième guerre, ils entrèrent en résistance et tout au long de leur vie, ils mirent un point d’honneur à aider les jeunes talents à être publiés et se faire connaître auprès du public. Le parti communiste était une seconde famille pour Louis à laquelle il aura été fidèle toute sa vie. Elsa l’admirait beaucoup pour cela.  
 
Mais alors, pourquoi ressentait-elle cette solitude, ce désarroi ? Ce n’était pas des sentiments soudains : cette impression la tenaillait depuis bien longtemps. Mais, les années passant, le poids qu’ils engendraient la faisait souffrir bien plus qu’elle ne pouvait le supporter. L’amour qu’il chantait s’adressait-il vraiment à elle ? Ou n’était-il qu’une projection d’un être idéalisé qui n’aurait jamais existé réellement ?  
 
Quand Louis, comme à son habitude, venait lui lire ses derniers chefs d’œuvre, son cœur se serrait d’émotion. La rébellion, dans son esprit, surgissait bien plus tard. «À quoi sert de clamer au monde ton amour pour moi alors que je suis si près de toi et que tes mots ne me réconfortent même pas ! Je te demande juste de m’aimer et que tes yeux, tes gestes et la moindre parcelle de ton corps me le disent, me le révèlent, me le prouvent ! J’ai tant besoin de toi ! Ne reste pas cet étranger devant un monde inconnu qu’il n’oserait aborder. Cesse de me chanter, viens m’aimer. N’attends pas qu’il soit trop tard pour nous deux. N’attends pas que la vieillesse, la maladie ou la mort nous séparent à jamais. N’attends pas que la tristesse ait rongé mon âme. Viens lui redonner la vie que tes mots ont chantée mais n’ont pas su pleinement révéler. Tu me fais crouler sous des chants d’amour qui finissent emprisonnés dans des livres… Oublies tout cela et vient à la rencontre de mon âme tourmentée par l’éloignement que mettent entre nous tous tes écrits. Car à force de m’idéaliser, tu ne vois plus l’être humain que je suis réellement. Je deviens la déesse intouchable, idolâtrée par des mots toujours plus extraordinaires les uns que les autres, mais qui, finalement, ne sont que du vent. Du vent merveilleux, certes, poétique aussi. Mais ils ne nourrissent pas ce qui en moi est devenu affamé de toi.» 
 
Comme si ces reproches muets avaient empli la pièce et que leur écho en était devenu assourdissant, Louis se trouva soudain devant Elsa et la contempla. Plongée dans ses pensées, elle ne l’avait pas vu venir et elle sursauta quand elle le vit si proche. Sans un mot, sans un bruit, il fit le tour de son bureau et se pencha vers elle. Son visage était maintenant si près du sien qu’elle entendait sa respiration, humait son parfum. Plongeant son regard dans le sien, il s’approcha lentement et lui effleura les lèvres. Son baiser était doux et tendre. Aucun mot n’aurait pu décrire ce moment où la communion de ces deux âmes était si proche de la perfection. Se redressant, il caressa longuement la joue de sa femme.  
 
Dans ses yeux brillait le feu qui le tenaillait encore, ce feu source féconde de tant d’écrits, de tant de poèmes et de proses. Ce feu qui le rendait chaque jour plus vivant, plus fort. Ce feu qui donnait un sens à sa vie, à chacun de ses gestes, à chacune de ses décisions. Sans elle, non, il n’était rien. Elle était celle qui le maintenait en vie, celle qui lui donnait justement une raison de vivre ! Il lui suffisait de savoir qu’elle était là. Plus rien alors ne lui était impossible. La deviner, la voir le rendait follement vivant. Et en lui, un sentiment de gratitude infini jaillit et embrouilla tous ses sens. «Elsa, mon adorable tout, ma perle de rosée de l’aube nouvelle... Je t’aime, je t’aime peut-être mal, peut-être trop, trop fort, trop haut, mais c’est ma façon à moi de le dire, de le crier, de le partager au monde qui m’entoure. Cet amour ne peut être tu, de peur d’étouffer celui qui s’y adonne avec autant de grâce et de passion. Violence irraisonnée du sang qui bat dans mes veines, tu es celle qui apaise ces flammes dévorantes qui n’ont d’yeux que pour toi. Ô Elsa !» 
 
Instant de trêve et de rêve entre les deux amants. Moment précis où l’amour se passe de mots et où la tendresse l’emporte sur toutes les détresses du monde, tous les doutes, les reproches et toutes les peurs. Seule existe l’union charnelle de deux êtres qui s’aiment. Une communion des cœurs et des corps. Une fusion des âmes qui fait oublier la solitude brève d’un cœur brisé d’amour et d’attente résignée. 
 
Il n’y a pas de fin à ces belles histoires. Elles continuent sans cesse de naître encore et encore, partout et à tout moment autour du globe. Elles germeront, grandiront, arriveront à leur pleine maturité, pour mourir un jour comme une plante qui se fane lentement, parce qu’elle a bien vécu. Gorgées de soleil et de caresses, elles laisseront en héritage à ceux qui restent la certitude que rien ne pourrait exister si ce merveilleux sentiment qu’on appelle «amour» n’ensoleillait plus notre terre, ne transcendait plus nos guerres et nos aveuglements. Sentiment qui éclipse nos lunes intérieures, il est le garant de la vie, de l’épanouissement et du bonheur de chaque instant. 
 
Florence Saillen, 21.09.2009  

(c) Florence Saillen - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 22.07.2014
- Déjà 16744 visites sur ce site!